EN
 

Mes conseils • 05 août 2020
modifié le 06 août 2020

Projet en vue : la propriété intergénérationnelle

Vous êtes très présent dans la vie de vos enfants et petits-enfants et considérez la cohabitation avec eux ? Voici quelques pistes de réflexion.

Faire d’une pierre deux coups
LA COHABITATION AMÈNE UNE PROXIMITÉ QUI PEUT ÊTRE BÉNÉFIQUE AUTANT SOCIALEMENT QUE FINANCIÈREMENT POUR TOUS LES MEMBRES DE LA FAMILLE.

Les grands-parents occupent une place importante dans la vie de leurs petits-enfants. L’expression « ça prend un village pour élever un enfant » témoigne assurément de leur précieuse contribution. Un bon point de départ pour une relation harmonieuse avec vos enfants : ayez une discussion franche sur les meilleurs moyens de les épauler et de participer à l’épanouissement de vos petits-enfants, qui vous garderont assurément très actif. Si votre désir de vous rapprocher de vos enfants et petits-enfants vous incite à vouloir emménager avec eux, discutez-en ouvertement en famille. Le contexte actuel apporte son lot de questionnements. La maison intergénérationnelle s’avère une solution de rechange intéressante aux résidences pour personnes âgées pour bien des gens, et elle promet de continuer de gagner en popularité.

La clé : bien préparer ses finances

Le type de propriété fait partie des choix à faire lors de la retraite. Est-ce que la cohabitation pourrait être une bonne option pour vous et votre enfant ? Un changement aussi important mérite une solide planification. Bien des éléments sont à considérer, dont l’achat éventuel d’une maison, la vie de quartier, la proximité des services, votre état de santé, mais aussi les impacts financiers.

Ce projet commun parent-enfant peut en effet mener à différents types d’ententes qui comportent des aspects financiers à évaluer. À titre d’exemple, si vous emménagez avec la famille de votre enfant en devenant locataire :

  • Le loyer que vous paierez pourrait faciliter l’octroi du prêt.
  • Si votre entente n’est pas inscrite dans le contrat du prêt, à la vente de la maison, celle-ci sera considérée comme une propriété à revenus pour votre enfant.

Si vous devenez plutôt copropriétaire avec votre enfant, il y aura d’autres répercussions à prévoir, notamment :

  • L’exemption de gain en capital sera déterminée en fonction de la proportion de la résidence occupée par chacun.
  • Vous devriez envisager de conclure une convention d’indivision (déclaration de copropriété indivise) avec vos enfants devant notaire.

Plusieurs municipalités et programmes provinciaux soutiennent des projets de conversion de maisons intergénérationnelles. Qu’en est-il de la vôtre ?

Un conseiller en finances personnelles peut vous guider dans un tel projet en analysant votre bilan financier. Il pourra vous aider à déterminer si cette option est réaliste en fonction de vos actifs et revenus respectifs, et à décider quelle forme elle pourrait prendre. De multiples scénarios peuvent être envisagés pour réaliser ce beau projet de retraite active en compagnie de vos proches.

Bonne réflexion !

Articles populaires

Mes conseils

Série Investissements - Véhicule d'investissement : REER ou CELI ?

18 décembre 2019

Ma banque 100 % Conseil

La force d'une équipe-conseil

18 décembre 2019

Mes conseils

Entrevue planification budgétaire : pour avoir le portrait réel de vos finances

18 décembre 2019

Ma banque 100 % Conseil

Comment restreindre l'accès à vos renseignements personnels

10 octobre 2019

Mes outils

Conseiller-robot ou conseiller en chair et en os ?

12 février 2020